• Cheval mon ami
    Crinière au vent!
    Tu galopes sur le sable
    Majestueux et fier.
    Tu franchis  tous les obstacle ,
    Telle  qu’une flèche, tu poursuis ton chemin.
    Tes sabots martèlent le sol
    Leurs tempos m’emportent
    J’admire ta prestance !
    tu me fixes des yeux
    Tu ne connais pas la peur
    Tu t’élances comme un grand seigneur!
    Tu connais ton cavalier
    Tu es prêt pour le combat
    Jadis tu remportais des batailles
    Pur sang magnifique !
    Continu d’être Libre et sauvage !
    Et de galoper dans l’immensité!
    Ta noblesse n’a pas d’égale
    Mon ami, ta dernière course devrait se terminer dans la paix
    Comme un grand guerrier
    Tu es et seras, pour toujours un ami fidèle.

    Patricia Dragin

    Bon jeudi...


    18 commentaires
  • Très bonne journée à vous mes ami(es)
    Gros bisous

    Bon jeudi...


    6 commentaires
  • La voix du vieux moulin
    Près de la Sédelle qui chante
     Suivant un rythme régulier
     J'écoute, en sa besogne ardente
     Du moulin les bruits familiers.
    Homme et cheval plein de courage
     S'en vont sur d'arides chemins
     Pour charger dans chaque village
     Le lourd chariot de bons grains.
    Le Meunier fera la farine
     Avec le blé des paysans
     Pour que cuise en l'humble chaumine
     Le pain doré tout croustillant.
    Ainsi chaque jour, sans relâche
     Suivant un rythme régulier
     S'accomplit une noble tâche
     Dans l'amour de ce beau métier.
    Mais comme tout change en ce monde,
     Le vieux moulin devra mourir,
     Et sa tendre musique, à la ronde,
     Ne sera plus qu'un souvenir.

    Maurice Pasty

    Bon jeudi... 


    10 commentaires
  • Je viens vous souhaiter une bonne journée à tous
    Gros bisous

    Bon jeudi...


    13 commentaires
  • Mois de juin
    Dans cette vie ou nous ne sommes
     Que pour un temps si tôt fini,
     L'instinct des oiseaux et des hommes
     Sera toujours de faire un nid ;
     Et d'un peu de paille ou d'argile
     Tous veulent se construire, un jour,
     Un humble toit, chaud et fragile,
     Pour la famille et pour l'amour.
    Par les yeux d'une fille d'Ève
     Mon cœur profondément touché
     Avait fait aussi ce doux rêve
     D'un bonheur étroit et caché.
     Rempli de joie et de courage,
     A fonder mon nid je songeais ;
     Mais un furieux vent d'orage
     Vient d'emporter tous mes projets ;
     Et sur mon chemin solitaire
     Je vois, triste et le front courbé,
     Tous mes espoirs brisés à terre
     Comme les œufs d'un nid tombé.

    François Coppée

    Bon jeudi...


    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique